9. Embranchement des spongiaires

 

Les éponges comptent parmi les animaux les plus primitifs. Leurs cellules sont très peu différenciées, elles n'ont donc ni système nerveux ni tube digestif.

Elles se nourrissent par filtration active : certaines cellules sont munies de flagelles dont le mouvement incessant crée un flux d'eau permanent.
L'eau est aspirée à travers les parois de l'éponge et ressort par le ou les orifices (oscules) à son sommet (à l'inverse des ascidies).

Leur charpente est constituée de spicules, petits éléments de forme variée ( aiguilles, baguettes, etc ).
La plupart des éponges sont hermaphrodites. Les spermatozoïdes sont éjectés dans le milieu et le hasard des courants les fait parfois pénétrer dans une autre éponge, qui produit alors une larve, rejetée dans le courant. Une faible proportion de ces larves parvient à se fixer.
Les éponges sont aussi capables de régénérer des parties perdues.
Elles utilisent cette capacité pour se reproduire de manière asexuée. Des fragments détachés peuvent reformer une éponge entière (scissiparité).